jump to navigation

A propos de trottoirs plus large et de l’effet bénéfique pour la qualité de vie juillet 15, 2008

Posted by Charles reny in Circulation automobile, Publications de statistiques sur le transport.
add a comment

Les trottoirs larges donnent une qualité de vie plus grande aux citoyens. Il rendent égallement les rues plus agréables pour la circulation: Les belles routes appaisent les automobilistes.

Photos de McGill College. Une belle rue aux trottoirs larges ou il fait bon flanner et y prendre un café. Les touristes y affluent.

 

Le boulevard St-Laurent. Une belle artère qui gagnerait à ce que l’on ajoute de l’espace trottoir pour en faire une rue plus agréable. En ce moment, Les autos y sont -encore- rois et accaparent plus de 70% de l’espace public comme vous pouvez le constater. Imaginer maintenant que l’on retranche l’espace de stationnement des voitures, pour le donner aux piétons. On pourra en faire des terrasses, des espaces repos, y poser des bancs publiques etc… L’auto c’est bien, il faut aussi GARDER de l’espace pour VIVRE!

Publicités

De l’utilité du trépied pour bloquer une rue juillet 9, 2008

Posted by Charles reny in Circulation automobile.
Tags: ,
add a comment

Par CarFree • mercredi 09 juillet 2008 à 09:33 • Catégorie: Actualité

trepied-militant

Bloquer une rue en érigeant un trépied au sommet duquel est suspendu un-e militant-e est une idée de Reclaim the Streets, organisation britannique aux actions festives et revendicatives (plantation d’arbres dans le bitume d’une autoroute, création sauvage de pistes cyclables, organisation de fêtes de rue [1], etc.). Chiche !, les jeunes écolos alternatifs solidaires, a repris ce concept en 1998 à l’occasion de la journée sans voiture (22 septembre) : les militants d’Ile-de-France ont ainsi bloqué les Champs Elysées le matin (avec le soutien actif des Verts de Paris) et un autre grand boulevard le soir, en signe de protestation contre le dispositif trop peu ambitieux de cette journée d’action publique pour la réduction du transport automobile.

Préalable

L’intérêt du concept du trépied est que les forces de l’ordre ne peuvent pas déloger les militants, étant donné que la personne qui se trouve suspendue en haut du trépied risque une chute de 4 mètres environ, si elle ne descend pas de son plein gré. Nous vous recommandons toutefois la plus grande prudence étant donné que les forces de l’ordre intervenues ce jour- là n’ont pas su prêter une oreille attentive à nos recommandations.

L’installation du trépied pour une action coup de poing nécessite plusieurs essais. Ne vous lancez pas dans l’aventure avant de l’avoir monté au moins trois ou quatre fois dans une cour, un champ, bref en catimini…

Il est préférable de transporter le trépied jusqu’au lieu de l’action en ayant préalablement fixés les colliers tournants, le mousqueton et les cordes pour gagner en rapidité.

Comment monter le trépied ?

- Effectif militant de 5 personnes au moins
- 3 tubes de métal solides d’une longueur de 6 mètres, environ
- 2 colliers tournants d’échafaudage (grosses bagues en métal bien solides qui pivotent – cf. illustration)
- 1 corde pour relier les 3 pieds
- 1 baudrier, un mousqueton et 1 bonne corde (pour se suspendre)

Fixer les 3 barres (posées à plat au sol) à l’aide des colliers tournants en les maintenant parallèles de manière à bien serrer les boulons, un des colliers étant fixé bien plus bas que le deuxième (cf. schéma). Il faut faire plusieurs essais avant de trouver la bonne façon de les assembler (et resserrer les boulons à plusieurs reprises).

Fixer la deuxième corde au sommet du trépied (noeud de chaise ou noeud en 8).

Il faut répartir les rôles, en plaçant au moins…
- 1 personne par barre pour hisser les deux pieds principaux en marchant dessous, de la cime vers la base
- 1 personne pour empoigner l’extrémité du troisième pied, reculer et faire basculer, le moment venu, le trépied en tipi
- 2 personnes à la base des 2 premiers pieds pour les empêcher de glisser (non négligeable)

On peut peindre un “G”, un “M” et un “D” (gauche, milieu, droite) pour faciliter et donc accélérer la montée du trépied (on peut également rendre les pieds moins glissants en mettant du tissu à l’extrémité du cylindre).

Relier ensuite les 3 barres avec une corde (à un mètre du sol), en faisant de préférence un bon n ?ud autour de chaque barre.

Dernière étape : une personne escalade une des barres et s’accroche avec un bon mousqueton à la corde du sommet (le reste du groupe stabilise le trépied en le maintenant, surtout pendant l’ascension).