jump to navigation

Scénarios catastrophe mai 30, 2008

Posted by Charles reny in pollution.
add a comment

Cet article provient d’un autre Blog, mais je me rappel plus l’auteur:

Tout le monde dit qu’il y a encore assez de réserves pour 40 ou 50 ans. Qu’en est-il en réalité?

La réponse à cette question dépend en fait de la personne à laquelle on la pose. Pour de nombreux économistes, il n’y a pas vraiment de problème fondamental. Bien sûr, des prix élevés sont mauvais pour l’économie, mais ils permettront d’exploiter des gisements qui ne sont pas rentables pour l’instant et ils stimuleront la recherche dans des sources d’énergie alternative. Certains pensent même que les ressources sont virtuellement illimitées, et que la recherche et la loi du marché sont capables de faire croître les réserves plus rapidement que les dépenses. Ces économistes sont si nombreux qu’on leur a même donné un nom : on les appelle les « économistes de la Terre plate ». Pour ces personnes, la loi du marché est une vraie loi, au même niveau que les lois de la physique, et elle est capable de résoudre à elle seule tous les problèmes que peut rencontrer la société. Ils pensent que l’énergie à la même valeur que les différentes matières premières, alors quelle
est en fait la condition nécessaire à l’obtention d’autres ressources (y compris l’énergie elle même). Ils pensent que l’économie « crée des richesses », alors qu’elle ne fait que transformer les matières premières et que, sans énergie, il n’y a tout simplement plus
d’économie.

(suite…)

Publicités

Image et caricatures mai 30, 2008

Posted by Charles reny in Humour.
add a comment

Images

(suite…)

L’auto consomme 90% de l’espace urbain mai 30, 2008

Posted by Charles reny in automobile, Circulation automobile, pollution.
2 comments

Automobile et consommation d’espace

Par CarFree • samedi 19 avril 2008 à 17:00 • Catégorie: Actualité, Alternatives à la voiture, Argumentaires, Marche à pied, Transports publics, Vélo

L’espace public disponible en milieu urbain est occupé à 90% par l’automobile, c’est-à-dire par le mode de déplacement le plus consommateur d’espace, laissant la part congrue aux autres modes (piétons, vélos, transports en commun). Le graphique ci-dessus montre ainsi l’aberration de notre société basée sur le système automobile. Au sein de nos villes européennes où l’espace public est pourtant rare, on peut ainsi constater que pour une même unité de surface, il est possible de faire circuler 4,5 fois plus de personnes en transport en commun (bus) par rapport à l’automobile, 7 fois plus de personnes en vélo, et près de 10 fois plus de piétons!

La série de photos ci-dessous provient d’une démonstration réalisée en 2001 à Denver (USA), prouvant la non-viabilité du système automobile pour le transport de personnes. L’expérience montre de quelles manières différentes il est possible de transporter 35 personnes et comment une plus grande mixité des modes de déplacement est la seule solution viable pour le transport de personnes.

Congestion du trafic

Dans la première photo, on est en situation de congestion du trafic pour transporter seulement 35 personnes. L’automobile peut transporter 4 ou 5 personnes en théorie, mais en fait le taux d’occupation moyen des voitures en agglomération ne dépasse pas 1,2 personne par voiture. Chaque voiture occupe environ 10 m² à l’arrêt, mais en fait beaucoup plus en mouvement.

Conducteurs sans voiture

Cette photo montre l’espace consommé par les 35 voitures de la photo précédente.

Le Bus invisible

Cette photo illustre la consommation d’espace par les personnes de la précédente image utilisant un bus plutôt que des voitures.

Trafic fluide

Cette dernière photo montre les personnes des photos précédentes toujours en bus, mais d’autres usagers apparaissent (piétons, vélos, cyclos, voitures). Le nombre total de personnes transportées dépasse la cinquantaine, alors que le trafic reste fluide, à la différence de la première photo, montrant une congestion du trafic pour un transport de 35 personnes seulement.

Dans le même genre de démonstration, citons également l’image suivante tirée du blog Agonie automobile, et qui illustre la consommation d’espace de l’automobile et la non-viabilité du système automobile.

Comment transporter 204 personnes ?

Comment transporter 240 personnes ?

Un tramway = 3 bus = 180 voitures

Enfin, au sujet de la consommation d’espace de l’automobile, on trouvera sur le lien suivant un petit film réalisé par la société organisatrice des transports publics d’Oslo en Norvège et qui montre comment éliminer une file de voitures de 1 kilomètre de long.

on samedi 19 avril 2008 à 17:00 at samedi 19 avril 2008 à 17:00 and is filed un Actualité, Alternatives à la voiture, Argumentaires, Marche à pied, Transports publics, Vélo der . You can follow any responses to this entry through the RSS 2.0 feed. You can leave a response, or trackback from your own site.

Diminuer l’accessibilité automobile mai 30, 2008

Posted by Charles reny in automobile, Circulation automobile, Publications de statistiques sur le transport.
add a comment


Quelques exemples d’aménagements physiques du réseau permettant d’abaisser les vitesses de
circulation effective (adapté de US Department of transportation, 1994)

Diminuer l’accessibilité automobile

L’article montre tout d’abord comment les réseaux viaires récents tendent à favoriser structurellement, par la géographie de l’accessibilité qu’impose leur morphologie, l’usage de l’automobile au détriment des modes doux. Des propositions d’aménagement des réseaux viaires offrant aux trajets doux les moyens de s’effectuer dans de bonnes conditions d’accessibilité sont ensuite avancées afin d’illustrer dans quelle mesure il est possible de lutter contre la dépendance automobile pour les trajets de courte portée.

(…) Si l’amélioration des systèmes de transport doux est une condition nécessaire pour en développer l’usage elle n’est en revanche pas une condition suffisante. En effet, la supériorité de l’accessibilité automobile est telle, que si l’on veut tendre vers un partage modal plus équitable, il semble parallèlement obligatoire d’agir sur le système automobile lui-même afin d’en diminuer les performances pour réellement réintroduire la possibilité d’une concurrence modale.

Une première solution consiste à augmenter la tortuosité des trajets automobiles par le jeu des plans de circulation. Le principe des poches étanches, déjà utilisé dans des villes nordiques ou encore à Besançon pour diminuer le trafic de transit dans les cœurs de ville, permet d’atteindre partiellement cet objectif. L’espace est divisé en cellules « étanches ». Pour passer de l’une à l’autre, l’automobiliste est systématiquement contraint d’emprunter une rocade périphérique. Ce système permet d’une part de diminuer le trafic de transit dans les différentes cellules, mais aussi de diminuer l’efficacité des trajets automobiles, relativement aux trajets piétonniers ou cyclistes pour qui la traversée des membranes des cellules est autorisée.

(suite…)